Association Nyon Kon Koumben

Créée en septembre 2008, l’association Nyon Kon Koum Ben  s’est fixée le but de promouvoir l’émergence de propositions musicales innovantes au Mali, en favorisant la rencontre entre musiciens du Nord et musiciens du Sud à travers un festival dénommé Jazzy Koum Ben Festival. La première édition de ce festival de jazz et des musiques approchantes a ouvert ses scènes en mai 2009 à Bamako.
Le festival propose, au début du mois de mai de chaque année et sur une semaine, des spectacles en partenariat avec une pluralité de lieux culturels à Bamako et en région, grâce à une ligne artistique forte : l’échange musical entre artistes d’horizons différents. Il s’agit, avant tout, de proposer aux publics maliens des rencontres artistiques importantes (rencontres entre instrumentistes, mais aussi entre disciplines artistiques) entre artistes maliens et internationaux autour de la musique jazz et des musiques approchantes.

Grâce au soutien efficace de ses nombreux partenaires institutionnels et privés, le Jazzy Koum Ben Festival a pu développer une proposition musicale équilibrée innovante et souple qui s’enrichit d’une édition à l’autre. La ligne de programmation a toujours privilégié l’esprit de création par l’échange entre les cultures et les musiques.
Les cinq premières éditions du festival ont particulièrement bien illustré ce propos avec des rencontres musicales exceptionnelles comme celle de Ballaké Sissoko et Vincent Segal (2009), de Lo'Jo et de Kar Kar au Blonba ( 2010) ou encore de Cheick tidiane Seck  futuring Toumani Diabaté avec MBappé et Conti Bilong (2011). L’édition 2012 du Jazzy Koum Ben Festival s’est tenue dans un contexte particulier au regard de la situation socio politique du Mali. Cependant, pour préserver ce rendez-vous avec un public précieux et pour éviter une édition blanche, les organisateurs ont travaillé à une programmation essentiellement locale qui a tenu les promesses d’un engagement en faveur des échanges musicaux. Ainsi, outre le trio des virtuoses Cheick tidiane Seck, Paco Sery et Alioune Wade, l’édition 2012 affichait la talentueuse Sia Tolno, le prix RFI 2011.

L’année 2013 a été décrétée année « d’état d’urgence » sur toute l’étendue du territoire, durant cette période aucune manifestation culturelle n’a pu se tenir.
L’édition 2014 a été recentrée sur une programmation plus locale en raison de la situation politico-sécuritaire de tout le pays. Et en 2014, le festival s’est ouvert par la journée internationale du Jazz sous l’égide de l’Unesco.

Scroll to Top